Véronique Miljkovitch, ou la texture du silence

Designer de mode et chef d’entreprise, Véronique Miljkovitch bénéficie d’une reconnaissance internationale parmi ses pairs et d’un engouement indéfectible auprès des femmes qui ont adopté son style vestimentaire, qui est aussi un mode de vie. En cette année 2020 de tous les défis, elle a pris le temps de réajuster sa vision pour donner corps à ses rêves… avec la Méditation Transcendantale comme alliée.

« L’intemporalité de mes vêtements s’adresse à des femmes actives et modernes, qui apprécient les choses simples de la vie. »

Véronique Miljkovitch a plongé dans l’univers de la mode il y a plus de 20 ans, après avoir entretenu l’idée de devenir peintre. Pour elle, la mode est un métier versatile, très créatif, mais qui s’adresse à un plus grand nombre de gens. Après des cours par correspondance à Paris, plus axés sur la théorie, Véronique a décidé de poursuivre une formation plus technique au réputé Collège LaSalle de Montréal. « Dans ce métier, le plus important est d’être créatif, car la technique, ça s’apprend. » Lauréate de concours prestigieux, Véronique a travaillé à Paris, à Copenhague et Montréal, où son travail a été très bien reçu et internationalement reconnu. « J’avais enfin trouvé ma vocation, à 24 ans ».

La mode que je crée s’appuie sur des valeurs de sobriété, de simplicité et de pérennité. Mes vêtements ont quelque chose de « réconfortant » et se veulent les alliés des femmes qui les portent; leur donnant confiance et sérénité. Mes collections sont variées, mais restent actuelles longtemps.

J’emploie des fibres naturelles comme le coton ou la soie, et autant que possible biologiques.

Je m’inspire grandement de mon environnement, comme on peut s’en apercevoir dans les imprimés de mes collections. Je fais aussi appel à une main-d’œuvre locale pour la confection de mes vêtements et pour les impressions numériques sur soie.

Je dois dire que mon parcours de création d’entreprise tient plus à mon grand amour de la liberté qu’à l’ambition, et après 20 ans dans le domaine, j’ai enfin obtenu ce que je recherchais.

J’ai appris la Méditation Transcendantale juste avant la COVID. Cela faisait deux ou trois ans que je pensais apprendre la MTMD, notamment pour gérer le stress professionnel que je vivais. Le genre de profession que j’exerce est particulièrement exigeant, car le rythme de création et de production est très rapide, en plus de toutes les tâches qui incombent à un chef d’entreprise.

Au point de vue personnel, j’avais des relations difficiles avec ma famille, que je souhaitais améliorer. J’ai consulté un psychologue à cet effet, mais cela ne m’a pas convenu. Je me rendais compte que j’avais d’abord besoin de déstresser et de me connecter à moi-même afin de mieux gérer mes émotions.

J’ai donc essayé des applications de méditation. C’était principalement des méditations axées sur la respiration ou sur la détente grâce à l’ancrage dans le corps, mais je n’ai pas été très assidue; en plus, je n’ai pas eu de résultats immédiats.

Une connaissance que j’admirais pratiquait la Méditation Transcendantale, ce qui m’a donné envie d’essayer. J’ai fait pas mal de lectures sur le sujet avant de m’inscrire au cours de MT. La façon dont la MT est expliqué m’a interpellée, car cela avait du sens pour moi. Et après l’avoir apprise, j’ai très facilement adopté cette pratique. Pour ma part, le coût du cours de MT m’a d’autant plus motivée à approfondir la pratique et m’a poussée à être plus assidue.

À l’époque, je vivais beaucoup de moments d’anxiété et il m’arrivait souvent de pleurer pendant les premières séances de méditation. La détente que j’expérimentais faisait remonter des émotions, et a permis de libérer le stress que j’avais accumulé.

Au niveau de mon travail créatif et de ma gestion d’entreprise, j’ai observé une plus grande capacité de concentration et plus de clarté dans ce que je dois faire pour avancer efficacement dans mes projets. Il m’est devenu plus facile de me fixer les objectifs prioritaires pour la journée. Maintenant, j’ai même la sensation d’avoir plus de temps!

Au niveau relationnel, je suis plus patiente. Je suis moins identifiée aux situations conflictuelles et je parviens à prendre plus de recul par rapport à des événements qui auparavant m’auraient submergée.

Après maintenant un an de pratique, je constate de grandes différences au niveau de mon tempérament. Cette technique est arrivée à point nommé avec la crise du COVID et m’a évité de stresser de manière démesurée. Je reste une personne sensible et émotive, mais désormais les émotions ne prennent plus le dessus sur moi. Je perçois aussi les gens différemment : je suis plus apte à accepter les relations et les gens tels qu’ils sont.

Les changements se sont faits petit à petit, mais au final, ma qualité de vie a été grandement améliorée.

Quand la pandémie a frappé, il m’a fallu tout revoir dans mon entreprise. Il est vrai que c’est une industrie qui vacillait déjà et a beaucoup changé dans la dernière décennie. La vente en gros est devenue de moins en moins rentable, ce qui a entraîné la fermeture de nombreux commerces. La pandémie a achevé d’accélérer cette tendance et de nombreuses boutiques ont mis la clé sous la porte en 2020.

C’est pourquoi, malgré le choc initial et la nécessité brutale de revoir tout mon calendrier de travail, cette crise m’a permis de renouer avec un rêve que je caressais depuis deux ans d’aller vivre dans la nature.

Le rythme effréné, caractéristique de cette industrie, me semble un gâchis de notre potentiel émotionnel : pour réussir, il est impératif d’être créatif, mais en plus, chaque création doit être un chef-d’œuvre, alors même qu’on a très peu de temps pour créer et perfectionner nos créations.

Cette année s’est donc avérée idéale pour enfin mettre au point un nouveau modèle d’affaire auquel je pensais depuis un moment, où la vente en ligne est alliée à une boutique plus artisanale. Nous avons donc déménagé à Lunenburg, en Nouvelle-Écosse, où nous avons ouvert une boutique sur place. Mes collections restent disponibles sur ma boutique en ligne existante. Ce nouveau modèle me permet d’entrer dans un rythme très différent, où je me sens plus inspirée, et aussi de travailler de manière plus authentique et artistique.

En se donnant l’espace pour une confection plus artisanale, Véronique peut consacrer plus de temps à peaufiner les aspects créatifs et à rendre ses processus de production plus cohérents avec ses valeurs fondamentales où, par exemple, l’utilisation de textiles recyclés devient possible, ce qui n’était pas le cas avec la distribution en gros. Dans cette nouvelle évolution professionnelle, elle vise à multiplier les partenariats avec des artisans et des artistes locaux, et à étendre la gamme des produits qu’elle offre en boutique.

« L’apprentissage de la Méditation Transcendantale a non seulement été très bénéfique, mais cela est en plus arrivé à point nommé à un moment de grande transition dans ma vie. Malgré les hauts et les bas de cette année 2020, la MT m’a aidé à clarifier ma vision et à mener à bien ce défi. Je recommande chaudement ce cours. »

En ligne : miljkovitch.com

Category: Travail, Vie
Article suivant
Eugénie Gaillard : l’art de revenir en soi
Menu