Méditation Transcendantale, immunité et stress post-traumatique

Cet article reprend quelques points saillants d’un entretien entre Mario Orsatti et le Dr Fred Travis, enregistré au printemps 2020, qui nous semblent particulièrement pertinents en cette période de crise sanitaire.

Dans cet entretien, le Dr Travis nous dévoile dans un langage clair et synthétique les phénomènes complexes que l’on observe dans le cerveau en fonction de l’état dans lequel on se trouve. Il nous décrit ainsi les effets délétères du stress sur l’activité cérébrale, ou au contraire, la cohérence accrue du fonctionnement cérébral engendrée par la pratique régulière de la Méditation Transcendantale (MT).

Du cerveau et de l’immunité

Lorsqu’on envisage le cerveau dans le système plus large de l’ensemble du corps, on constate que toutes les composantes du corps transmettent continuellement de l’information au cerveau et que celui-ci y réagit en fonction de notre état. Ainsi, sous l’action du stress, le système sympathique (réaction de lutte ou de fuite) est suractivé, ce qui entraîne un affaiblissement significatif de la fonction immunitaire. C’est pourquoi on tombe plus facilement malade durant les périodes stressantes. Or, la pratique de la MT permet au cerveau de désactiver le système sympathique et d’ainsi rétablir la fonction immunitaire à son état optimal.

La MT et l’état de stress post-traumatique

L’état de stress post-traumatique peut découler tout autant d’expériences ponctuelles particulièrement bouleversantes que de situations d’insécurité, de peur ou de stress élevé qui se prolongent.

Comment réagit le cerveau en situation de traumatisme? Le complexe amygdalien (régissant, entre autres, les réponses comportementales et végétatives) réagit en marquant l’ensemble des paramètres entourant l’événement traumatisant comme étant dangereux. Cela génère une constante surexcitation du système sympathique, et le sujet se trouve alors dans un état continuel d’intense anxiété. Il s’agit en fait d’une réaction naturelle à une situation anormale. Des études auprès de soldats ayant fait la guerre ou de personnes vivant dans des zones de conflits ont démontré que la pratique de la Méditation Transcendantale parvient à réduire significativement les symptômes de stress post-traumatique du fait, encore une fois, de sa capacité à désactiver le système sympathique.

En conclusion, grâce à la faculté de la MT de rétablir l’équilibre homéostatique du corps et d’atténuer les réponses excessives aux situations stressantes, elle confère aux personnes qui la pratiquent une plus grande résistance aux maladies et une plus grande résilience face aux difficultés.

Pour visionner l’entretien complet (en anglais seulement), cliquez sur Brain Integration: Keeping Our Brain Free from the Stress of a Pandemic [52 min]

——-

Mario Orsatti est le directeur général du Center for Health and Wellness, une division de la Fondation David Lynch.

Diplômé de l’université Cornell, le Dr Fred Travis est l’un des plus éminents spécialistes des effets psychophysiologiques de la méditation. Depuis son mémoire de fin d’études, publié par The Journal of Creative Behavior (1979), ses travaux ont fait l’objet de plus de 80 publications scientifiques et il a écrit ou coécrit quatre livres sur le sujet. Ses recherches portent essentiellement sur le développement cérébral, de la naissance à l’âge adulte, les effets du stress sur le fonctionnement cérébral et ceux de la méditation sur le cerveau, durant et après la pratique, ainsi que la signature cérébrale des personnes fonctionnant à de hauts niveaux de performance ou à des niveaux de conscience supérieurs. Le Dr Travis est actuellement le directeur du Center for Brain, Consciousness and Cognition de l’Université internationale Maharishi (MIU) à Fairfield, Iowa.

Pour en savoir plus sur les travaux de Frederick Travis et le Center for Brain, Consciousness and Cognition, cliquez ici.

Article précédent
La Méditation Transcendantale, atout maître d’un coach de football professionnel
Article suivant
Méditation Transcendantale et pleine conscience : quelle différence?
Menu