Eugénie Gaillard : l’art de revenir en soi

Entrepreneure et mère de deux jeunes enfants, Eugénie Gaillard est à la tête de l’agence d’artistes éponyme. L’exigence de ce métier s’étant intensifiée en 2020 avec la COVID-19, Eugénie a adopté la technique de la Méditation Transcendantale qui l’a aidé à retrouver l’équilibre entre sa vie de professionnelle accomplie et sa vie de famille.

Entrepreneure et mère de deux jeunes enfants, Eugénie Gaillard a une formation de comédienne de théâtre, en musique classique et en traduction. Après avoir goûté, entre autres, à la production pour le théâtre, elle a décidé de quitter la scène pour se consacrer au métier d’agente d’artistes. Puisant dans sa riche expérience et ses talents de communicatrice, elle accompagne les comédiens et les aide à accéder aux meilleures opportunités de carrière possible. « Les aider à décrocher l’audition à laquelle ils rêvent c’est qui me donne le plus de satisfaction […]. Mon métier, c’est aussi d’ouvrir des portes et de provoquer de belles rencontres ».

En temps normal, ce métier est galvanisant et passionnant, mais à la fin de la journée, on a la tête très pleine et la quantité d’informations qu’on traite chaque jour devient stressante à la longue. On n’arrive plus à décrocher du mental.

Quand la COVID est survenue, l’industrie du cinéma et du spectacle s’est arrêtée pendant deux mois. Malgré les nouvelles préoccupations financières et les inquiétudes par rapport à la santé de ma famille, il m’a fallu puiser encore plus profondément en moi pour trouver la force nécessaire de rester solide dans la tourmente. D’autant que j’étais plus sollicitée que jamais par les artistes que j’accompagne, que je devais soutenir et rassurer quant à l’avenir.

En tant que mère, je me rendais compte que ma vie professionnelle prenait tellement le dessus sur ma façon de fonctionner que cela se répercutait sur la relation avec mes enfants. J’ai donc cherché un moyen de créer une transition entre ma vie professionnelle et ma vie privée. Je voulais trouver une façon de ménager une sorte de « sas » où je pouvais me retrouver à la fin de ma journée de travail, afin d’être véritablement présente quand je suis avec mes enfants.

J’avais exploré l’idée d’apprendre la Méditation TranscendantaleMD, car mon conjoint la pratiquait, et j’avais assisté à une conférence d’introduction où j’ai eu toute l’information, mais je n’ai pas donné suite. Finalement, quand la COVID est survenue, je me suis décidée. J’ai tout de suite été très rigoureuse et assidue dans ma pratique.

Dès que j’ai commencé, j‘ai retrouvé un calme intérieur que je n’avais pas ressenti depuis longtemps. Cette pratique m’a permis de « redescendre », de me recentrer et en quelques jours, j’ai noté que la fébrilité dans laquelle je me trouvais constamment avait diminué. Cela m’a en quelque sorte aidée à « changer de vitesse mentale » et à être plus présente et à l’écoute. La MTMD m’a procuré cet espace de transition dont j’avais besoin : entre l’enchaînement des tâches du matin et le travail, puis le soir entre la journée de travail et la soirée en famille.

Mon niveau d’anxiété a baissé. Mes quelques insécurités personnelles sont devenues moins vives et beaucoup plus gérables. Je parviens plus facilement à retrouver mon calme et je suis plus patiente avec mes enfants. Mes amis m’ont d’ailleurs confié qu’ils me trouvaient moins nerveuse qu’avant.

Je dors beaucoup mieux : non seulement j’arrive désormais à m’endormir immédiatement, mais mon sommeil est plus paisible. Et grande nouveauté : je me lève avant le réveille-matin et en pleine forme!

La Méditation Transcendantale est devenue une ressource qui est à ma disposition chaque fois que j’en ai besoin. Par exemple, après une négociation compliquée, j’ai un jour pris un peu de temps pour méditer en pleine journée de travail, et ça m’a aidé à clore le moment intense que je venais de vivre, avant de passer à autre chose. La méditation est d’ailleurs devenue une pratique courante au bureau. Ma collègue et moi ne pratiquons pas la même technique, mais quand le besoin s’en fait sentir, l’une ou l’autre prend du temps pour méditer et ça apporte plus d’harmonie et de sérénité au travail.

Le temps consacré chaque jour à la MT m’est devenu indispensable, et m’aide à revenir à moi-même. Quand je me suis séparée de mon conjoint, je recevais souvent le conseil de « prendre du temps pour moi », mais ça ne me parlait pas vraiment. Finalement, grâce à la MT, je me suis retrouvée avec moi-même. C’est la plus belle découverte que j’ai faite : pouvoir « être en soi, avec soi », au lieu de fonctionner « à l’extérieur de soi ». Et en fait, c’est un état naturel et plein de douceur.

Article précédent
Véronique Miljkovitch, ou la texture du silence
Article suivant
Pourquoi nous enseignons la Méditation Transcendantale en personne
Menu